Le projet

Les pratiques de la mobilité durable dans les métropoles d’Amérique latine : étude comparée de Bogotá (Colombie) et Lima (Pérou)

Financement : ANR

Sur la période 01/12/2019 – 30/11/2022

Portage : Vincent Gouëset (responsable) ; Florent Demoraes (co-responsable)

PROBLÉMATIQUE : Le projet interroge la question de la durabilité des navettes domicile-travail et domicile-étude dans 2 métropoles d’Amérique latine (Bogotá et Lima). Ces dernières rassemblent 10 millions d’habitants et sont marquées par une forte ségrégation socio-résidentielle et un modèle de croissance qui favorise l’étalement en grande périphérie plutôt que la densification des espaces centraux. Les jeunes ménages et les classes populaires sont ainsi relégués loin du centre, où sont concentrés les emplois. Les trajets domicile-travail s’effectuent donc sur de longues distances et dans des conditions très pénibles, car l’offre de transports collectifs est déficiente, l’automobile est inaccessible aux populations modestes, et la voirie est constamment engorgée. Dans les enquêtes d’opinion, les conditions de mobilité constituent le premier motif d’insatisfaction après l’insécurité. Dans ce contexte, et alors que le développement durable tend à s’imposer dans ces villes comme une norme pour les pouvoirs publics comme pour les citadins, la question des mobilités durables représente un défi majeur pour le XXIe siècle. Comment promouvoir des formes de mobilités plus durables, en améliorant la qualité de vie des populations ? Quels sont les leviers qui peuvent encourager les habitants à se reporter vers des modes ou des pratiques plus durables, et quels sont les blocages qui peuvent les en dissuader? Comment permettre aux habitants des périphéries populaires, qui connaissent les pires conditions de déplacement, d’accéder à des formes de mobilité plus durables ?

Ciclovia, Miraflores, Lima

METHODOLOGIE : Le projet commencera par une recherche bibliographique et par une exploitation des sources secondaires, principalement les Enquêtes origine-destination, disponibles en plusieurs éditions récentes et comparables entre les deux villes. Ce travail sera valorisé sous forme de cartes (webmapping) et permettra d’identifier les ZAT (Zones d’analyse des transports) où les conditions de mobilité et d’accessibilité à l’emploi sont les plus mauvaises. On en retiendra 2 dans chaque ville, pour y déployer des enquêtes de terrain. Une enquête quantitative par questionnaire sera appliquée à 1600 ménages (400 ménages dans chaque zone et dans chaque ville) et portera sur les conditions de mobilité quotidienne et sur les perspectives d’adoption de pratiques plus durables. Elle sera conçue et encadrée par le Consortium mais son application sera déléguée à des prestataires spécialisés. Les résultats seront exploités en mobilisant notamment un SIG conçu à cet effet. Parallèlement, des entretiens approfondis seront appliqués auprès d’individus appartenant à l’univers de l’enquête quantitative (on vise au moins 10% des ménages enquêtés). On approfondira l’étude sur 3 groupes de population potentiellement vulnérables dans leurs mobilités, mais peu étudiés sous cet angle en Amérique latine : les femmes, les enfants et les personnes à mobilité réduite. Pour enrichir l’étude, d’autres approches qualitatives seront expérimentées : « entretiens embarqués », focus groups, « enquêtes rapides » en circulation.

CONSORTIUM : L’équipe de 20 personnes est internationale et pluridisciplinaire. Elle se répartit de façon équilibrée entre la France, la Colombie et le Pérou. Elle se compose de chercheurs spécialisés sur les mobilités quotidiennes et les enquêtes urbaines en quartiers populaires. Ils seront aidés par des personnels de support (administration, gestion) et de soutien (ingénieurs, assistants, stagiaires). Le coordinateur (Vincent Gouëset) s’appuiera sur un coresponsable en France (Florent Demoraes) et deux responsables scientifiques dans chaque ville.

ORIGINALITÉ : le projet est inédit, original et ambitieux par son angle d’approche. Il est international et interdisciplinaire. Il porte sur des villes du Sud où la durabilité des transports est un défi. Il est centré sur des espaces et des populations vulnérables. L’utilité sociale et les enjeux d’équité sont forts. Il propose une lecture critique des mobilités durables. La méthodologie d’enquête est hybride.